Select Page

Nouvelle Cosmologie

Comment l’univers a débuté. Comment la création s’est faite. Qui ont été les premiers humains et comment ils sont arrivés ici. Pourquoi les choses arrivent comme elles arrivent. La réflexion profonde sur ces questions fondamentales a donné naissance aux mythes importants qui façonnent notre vie. Les Indiens d’Amérique racontent comment les temps ont commencé; les aborigènes d’Australie chantent leurs croyances sur leurs origines et sur leur survie future; les judéo-chrétiens disent que Dieu a créé le monde en six jours qui ont culminé avec la création de l’être humain, puis que le septième jour, il s’est reposé.

A plusieurs moments de l’histoire, différentes explications ou cosmologies se sont imposées. Dans la civilisation occidentale, le récit biblique de la création a répondu à nos questions les plus significatives en nous procurant une façon de créer des rapports avec Dieu, la création et nos semblables. Il puisait dans les connaissances de l’époque et était culturellement et historiquement situé. Comme le christianisme est devenu la religion dominante en Occident, les idées et les vérités de ce récit ont souvent servi pour justifier les actions des personnes qui détenaient le pouvoir à l’époque de l’expansion territoriale et de la colonisation, ce qui a souvent mené à une distorsion des rapports des personnes avec le reste de la création. Avec la crise écologique actuelle qui menace la planète, il est fortuit que la science révèle un nouveau récit de la création qui contredit l’anthropocentrisme dominant selon lequel la Terre existe supposément pour l’homme et tout son sens, tout son but, découle de nous.

Le nouveau récit de la création, très ancien sous certains rapports, se trouve validé par les apports de la physique quantique et nourri par nos découvertes de l’exploration spatiale et par l’utilisation du télescope Hubble. C’est un récit qui approfondit notre sens du mystère et de l’étonnement. Pour beaucoup de gens, il nous ramène vers Dieu et vers une nouvelle compréhension des rapports de l’humanité avec le reste du cosmos. Pour les croyants, il approfondit les intuitions théologiques du récit biblique dont il aborde les limitations culturelles et historiques.

La création de l’univers est, comme l’exprime Béatrice Bruteau dans le titre d’un de ses ouvrages, L’extase de Dieu-la création d’un monde auto-créé. La lecture des nombreux récits qui traitent du commencement de l’univers a de quoi impressionner, et cela conteste nos croyances et nos théories antérieures. Voici un résumé de ce nouveau récit.

Le nouveau récit

La plupart d’entre nous avons grandi avec l’image d’un univers infini, vaste et fixe. Il contient des galaxies, des étoiles et des planètes qui suivaient toutes des orbites immuables. C’était en fait la description scientifique communément admise, et celle d’Einstein. Celui-ci était tellement convaincu que l’univers était un espace infini immuable qu’il refusait de croire ce que ses propres équations mathématiques lui disaient : que l’univers était en expansion dans toutes les directions. Cette révélation est venue en 1914 mais ce n’est qu’à la fin des années 1920 qu’Einstein accepta cette réalité comme une vérité. Edwin Hubble invita Einstein à se servir du télescope du Mont Palomar pour voir par lui-même les galaxies s’éloigner les unes des autres. Ce n’est qu’à ce moment-là qu’Einstein crut au dynamisme et à l’expansion de l’univers.

Il s’agissait d’une découverte révolutionnaire. Si l’univers est en expansion, il doit avoir eu un point initial duquel tout est venu. La science met au jour un récit extraordinaire de notre commencement. Je vais utiliser certaines sources, dont: A Walk Through Time, de Sidney Liebes, Elisabet Sahtouris et Brian Swimme, The Holy Web de Cletus Wessels, OP, et The Universe Story de Brian Swimme et Thomas Berry.

L’origine de l’univers est un immense feu si chaud et si dense qu’il défie notre compréhension habituelle du mot feu. Cette première flambée, qu’on appelle parfois “le Big Bang” ou premier flamboiement, survint il y a quelque 15 milliards d’années. « L’éclair initial s’étendit brièvement; puis soudain, avec grande furie, il entra dans une expansion encore plus explosive, que les physiciens appellent pompeusement ‘un gonflement exponentiel où les particules élémentaires –premiers êtres matériels–, sont arrachées d’un puits profond de potentialité et admises dans l’aventure de l’évolution’. » (Liebes, et al.)

Notre univers ne s’est pas fait d’un seul coup; il est né d’un enchaînement d’événements temporels qui se sont développés depuis l’intérieur en des milliards de galaxies et d’étoiles’. (Wessels) « Dans les profondeurs de son silence, l’univers frémissait de l’immense créativité nécessaire pour façonner les galaxies … Ces gigantesques structures tournoyaient dans le grand vide de l’espace, recueillant tout l’hydrogène et tout l’hélium en systèmes et groupes de systèmes qui s’organisaient d’eux-mêmes; …. Les plus brillantes étoiles hâtaient la séquence naturelle de leurs transformations et explosaient en supernovas colossales …. qui vomissaient des matériaux stellaires dans toute la galaxie. » (Swimme) Les étoiles de la deuxième génération prenaient forme, plus riches en potentialité et plus complexes, approfondissant ainsi l’aventure de l’évolution.

« Il y a cinq milliards d’années, notre soleil, composé d’hydrogène et d’hélium, fit son apparition; il allait devenir une supernova et alimenter tous les éléments de notre système solaire. Il y a quatre milliards et demi d’années, un disque du sous-nuage original, juste assez gros pour résister aux rayons cosmiques du soleil, tournait autour de celui-ci. Avec le temps, un reste refroidi de ce sous-nuage, un parasite, un résidu, un disque tourbillonnant d’éléments, donna naissance à Mercure, à Vénus, à la Terre, à Mars, à Jupiter, à Saturne, à Uranus, à Neptune et à Pluton. Les planètes étaient formées et le système solaire devenait une communauté cosmique.

La terre était une planète privilégiée car sa taille produisait un équilibre gravitationnel et électromagnétique, et sa position par rapport au soleil lui conférait une gamme de températures favorables à l’éclosion de molécules complexes. Ces conditions apparemment fortuites ont procuré à la terre une prodigieuse créativité au cours des quatre milliards d’années suivantes en produisant toute la beauté de sa terre, de ses plantes et de ses animaux. Puis, il y a quelque deux à trois millions d’années, la terre a acquis une conscience humaine. » (Wessels)

Voilà un tout nouveau récit de la création, capable de nous faire pénétrer encore plus avant dans le mystère et l’étonnement. Pour que la terre soutienne ses diverses formes de vie, il fallait des conditions très spécifiques. Un moindre changement et le monde tel que nous le connaissons ne pourrait pas exister. À titre d’exemple : la vie repose sur une quantité précise de chaleur et de lumière. « La terre doit se trouver à une certaine distance du Soleil. » Dans son hypothèse Gaia, le chimiste atmosphérique anglais James Lovelock émet l’idée que la terre est vivante; il appelle cela “l’effet Boucles d’Or” (Goldilocks Effect) et explique : la terre devait n’être « ni trop chaude, ni trop froide, mais juste bien. » (Liebes et al)

Nouveaux défis

Ces révélations mènent vers d’autres façons de comprendre qui nous sommes, d’où nous venons et quelle pourrait être notre responsabilité face à demain. Les preuves démontrent que l’univers s’organise tout seul et qu’il est vivant, et que la création naît du chaos et de la destruction. Les cellules deviennent des communautés de collaboration. C’est l’évolution simultanée et inextricablement reliée de toutes les espèces terrestres qui constitue l’Évolution. Chaque espèce aide à façonner chaque autre, et chacune est façonnée par les autres. (Liebes, et al.) La distinction que l’on fait entre animé et inanimé s’embrouille lorsqu’on observe un processus de recyclage, où les atomes de roche deviennent des microbes, des plantes et des animaux, pour devenir, par la décomposition, des sols, des sédiments, puis de nouveau de la roche. (Liebes, et al.) Nous comprenons l’univers comme une cosmogénèse, c’est-à-dire une communauté en développement, processus où l’homme joue un rôle important.

Dans The Universe Story, Brian Swimme et Thomas Berry écrivent :
« En se multipliant par milliards jusqu’à devenir l’organisme complexe le plus répandu sur terre, et en s’immisçant résolument dans les écosystèmes de toute la planète, les êtres humains avec leurs industries ont dramatiquement diminué la diversité de la terre et canalisé la plus grande partie de son produit brut dans les systèmes sociaux humains. L’avenir de la communauté terrestre repose en grande partie sur les décisions prises par les humains, qui se sont immiscés très profondément dans les codes génétiques mêmes du processus terrestre. Cet avenir se bâtira au milieu des tensions entre, d’une part, les tenants du technozoïque, pour qui l’avenir repose sur l’exploitation croissante des ressources de la terre au profit des seuls humains, et, d’autre part, les tenants de l’écozoïque, qui préconisent un nouveau type de rapports entre l’humain et la terre, où le bien-être de toute la communauté terrestre occupera la première place. »

Cette nouvelle cosmologie remet en question non seulement nos gestes mais aussi notre conscience. Elle défie une grande partie de la vision actuelle du monde qui soutient la mondialisation, et défie aussi l’interprétation traditionnelle de l’enseignement chrétien. En tentant d’intégrer cette nouvelle compréhension à notre travail de transformation, les participants à ce projet font souvent face à une impasse tant dans l’arène sociale qu’ecclésiale. Ensemble nous allons soumettre cette expérience à la contemplation et approfondir notre compréhension par le dialogue.

Texte de Nancy Sylvester, IHM

© 2003 Institute for Communal Contemplation and Dialogue
Réimpression avec autorisation: iccdinstitute@aol.com

Lectures complémentaires
Bruteau, Beatrice. God’s Ecstasy, The Creation of a Self-Creating World. New York, NY: Crossroad, 1997.
Béatrice Bruteau est une laïque contemplative et une philosophe. Elle écrit sur la beauté et la complexité de la manifestation divine qui évolue dans l’univers. Elle fait appel à la physique, à la biologie, à la chimie, aux mathématiques, à l’économie et à la politique pour expliquer la nouvelle cosmologie.

Liebes,Sidney, Elisabet Sahtouris et Brian Swimme. A Walk Through Time. New York, NY: John Wiley & Sons, 1998.
Ces trois chefs de file dans le domaine de la nouvelle cosmologie écrivent sur le cheminement fascinant de l’évolution de la vie. Leur récit est accompagné du texte et des illustrations de l’exposition “Walk Through Time” parrainée par Hewlett-Packard, et saluée par le public.

Reagan, Michael, éd. The Hand of God. Kansas City, MO: Andrews McMeel
Publishing, 1999.
Cet ouvrage renferme des photos de l’espace prises par le télescope Hubble et des citations inspirantes de scientifiques, poètes, théologiens et philosophes. Il constitue une réflexion incroyable sur le cosmos.

Swimme, Brian et Thomas Berry. The Universe Story. New York, NY : HarperCollins, Le cosmologiste Brian Swimme et l’historien de la culture Thomas Berry racontent nos quinze milliards années d’existence avec admiration, ravissement et vision. Ils combinent les découvertes de la cosmologie, de la géologie, de la biologie et de la sociologie avec la recherche humaine d’un sens à la vie.

Wessels,OP, Cletus. The Holy Web, Church and the New Universe Story. New York, NY: Orbis Books, 2000.
Wessels explique l’influence qu’exerce le monde que nous révèle la science contemporaine sur notre compréhension de l’Église et du Christianisme. Il sait comment le ‘Nouveau récit de la création’ est relié aux symboles bibliques de la création, de la rédemption, du péché, de la grâce, de la vie et de la mort, de Dieu-Christ-Esprit, de la foi, de l’espérance et de l’amour.

Sites web
NASA
http://antwrp.gsfc.nasa.gov
Le site offre une nouvelle image chaque jour. Il contient aussi une fonction de recherche d’archives où l’on trouve des images de l’espace.

Le nouveau récit de la création
www.thegreatstory.org
Ce site web raconte l’histoire de l’univers, avec tableaux chronologiques et ressources pour les enfants. On trouve aussi des extraits d’ouvrages

Retour haut de page

Retour aux nouvelle cosmologie

EN COLLABORATION AVEC LES SOEURS DE LA PROVIDENCE
www.providenceintl.org